Dimanche 23 Août 2020 – Homélie

XXIème dimanche du temps ordinaire – Année A

« Pour vous, qui suis-je ? »

Chers frères et sœurs, fils et filles bien aimés de Dieu,

Le choc est grand d’entrer dans les textes de ce dimanche par cette phrase : « Je vais te chasser de ton poste, t’expulser de ta place ». Venant de Dieu une telle déclaration, il y a de quoi être déboussolé, nous qui imaginons que la miséricorde de Dieu est tellement insondable et infinie au point où il lui est impossible de nous retirer la grâce qu’il nous a donnée. S’il est certain que Dieu, après avoir fait un don à l’homme ne saurait le lui retirer parce qu’il n’agit pas à la manière des hommes, il est aussi vrai que la grâce est accordée pour une mission. Et dans cette vision divine, lorsque la mission n’est pas accomplie selon le plan de Dieu, ce dernier soucieux de sauver l’humanité, suscite un autre pour réaliser son plan.  C’est la scène à laquelle nous assistons dans cette première lecture. Shebna n’est plus digne de la place qu’il occupe. Dieu choisit alors Eliyaquim pour le remplacer. Celui qui est remplacé perd tout, absolument tout. Tous les signes de ses attributs sont remis à Eliyaquim : tunique, écharpes ainsi que ses pouvoirs, ce dont il est pourvu pour agir efficacement. Le chef indigne a été arraché et chassé.

En méditant sur ce texte, nous devons tous faire attention à la manière dont nous gouvernons, dont nous exerçons nos responsabilités chacun selon son domaine, nous qui prenons des décisions sans appel. L’œuvre qui est l’édification du règne de Dieu dans nos patries, dans nos entreprises, dans nos familles, dans nos paroisses partout où chacun de nous exerce une parcelle de responsabilité est une œuvre gigantesque. L’on ne saurait alors l’accomplir à sa manière à soi. Qui doit en assumer la responsabilité doit avoir la droiture, la rectitude, l’humilité et la crainte de Dieu. Eliyaquim le nouvel élu, préfigurant le Christ, aura la disposition spirituelle et morale pour diriger un peuple, pour l’engendrer et l’insérer dans la fidélité à Dieu et dans le bonheur.

L’Évangile nous révèle l’héritier du trône de David. Il ne sera pas chassé puisque son règne est éternel. Il est la concrétisation et la manifestation de l’amour infini du Père pour l’humanité. La révolution qu’il introduit dans le monde n’est pas celle de la suprématie à la manière du monde. Elle n’est pas le triomphe d’un groupe ou d’une personne sur les autres. Jésus vient rendre Dieu présent en chaque homme et nous donner les moyens de triompher dans la lutte du bien contre le mal. Faisant le point de sa mission, il pose une question à ses disciples : « au dire des gens qui est le Fils de l’homme ? » Face à la diversité des réponses liées à des personnages de l’Ancien Testament et ne voulant pas que son identité soit ensevelie dans les décombres de l’histoire, Jésus repose la question directement à ses disciples comme à chacun de nous aujourd’hui : « pour vous, qui suis-je ? » Pierre donne la réponse la plus probante qui jaillit de son expérience avec le Christ et révèle la perspicacité spirituelle de la vision qu’il a du Fils de l’homme.

Fils et filles bien aimés de Dieu, dans notre monde où pullulent des gens improvisés pasteurs pour parler de Jésus, un monde où l’évangile de la prospérité et du bonheur est annoncé sans aucune référence à la croix, à chacun de nous le Seigneur pose la même question : « pour vous qui suis-je ? » Il ne s’agira pas de donner seulement une réponse catéchétique mais plutôt et surtout une réponse qui découlera de notre expérience de foi. Plaise à Dieu que la nôtre entre dans le sillage tracé par l’apôtre Pierre qui vient d’être investi comme Eliyaquim dans la première lecture. Pierre devient le chef de cette institution divine que rien ne peut détruire. Satan, ses disciples et la part de connivence qu’il trouve en chacun de nous ne saurait faire chavirer l’Église.

Daigne le Seigneur nous donner la grâce d’être à l’écoute de son Église pour que notre vie soit une réponse à cette question qu’il nous pose : « Pour vous, qui suis-je ? »

A M E N

Père Pascal

Notre Dame de Montserrat en Espagne – Voyage n°5 depuis notre salon

Montserrat

En Espagne nous les lieux de pèlerinage chrétiens sont nombreux : Saint Jacques de Compostelle, le sanctuaire de Loyola, la basilique de la Sagrada Familia, etc. Aujourd’hui direction les montagnes de la Catalogne pour découvrir la basilique de Montserrat.

La basilique de Montserrat ce situ dans les montagnes à environ 60 kilomètres au Nord-Ouest de Barcelone. Lorsque l’on arrive à la basilique la première chose que l’on remarque ce sont les montagnes tout autour qui semblent avoir été découpés par la main de Dieu. Le lieu est à l’écart de tout est on sent que l’on est là pour prier.

Mais prier qui ? C’est simple la Vierge noir de Montserrat !

Son histoire remonte au moyen âge, autour des de l’an 880. Un samedi soir, à la tombée de la nuit, des enfants qui gardaient les troupeaux ont été attiré par une forte lumière qui descendait du ciel. Cette lumière était accompagnée d’une douce musique. La semaine suivante la même chose se produisit mais les enfants étaient accompagnés de leurs parents. Les quatre samedis suivant le recteur du village Olesa vient et a eu aussi cette vision.

L’évêque entendis parler de ces apparitions et organisa un pèlerinage vers ce lieu. Lors de leur monter fût découvert une statue de la Vierge. L’évêque voulu la rapporter à Manresa mais il fût impossible de déplacer la statue, elle été beaucoup trop lourdes. L’évêque interpréta ce signe comme une volonté de la Vierge de resté à l’endroit où elle était apparue. On construisit donc une chapelle pour abriter cette statue.

Depuis on vient en pèlerinage prier la Vierge. Depuis une basilique a été construite pour accueillir la statue.

Entrée de la basilique de Montserrat

Dans la basilique pour aller prier la Vierge il faut suivre un cheminement étroit derrière l’autel. Une fois arrivé derrière l’autel on peut admirer et prier la Vierge, mais attention il y a du monde derrière vous mieux vaut savoir ce que l’on veut confier.

Dans la main droite de la Vierge se trouve un globe qui représente l’univers. Lors de son passage on peut en profiter pour le toucher ou l’embrasser (hors période d’épidémie). Dans son autre main se trouve l’enfant Jésus, qui nous accueil avec un signe de bénédiction.

Vue de la statue depuis la nef

La Vierge de Montserrat est très importante c’est un haut lieu de la chrétienté espagnol. La Vierge est aussi très importante pour la Catalogne car c’est la Sainte patronne de la Catalogne. On la fête le 27 avril.

Médiathèque

Photo : Groupe JMJ de Sartrouville (Août 2011) http://photo.jmj-sartrouville.com/Madrid-2011/Journees_en_diocese/Montserrat

Site officiel du sanctuaire : https://abadiamontserrat.cat/es/

Notre-Dame d’Aparecida au Brésil – Voyage n°4 depuis notre salon

Lors de JMJ au Brésil, les jeunes du monde entier ont eu la chance de découvrir la sainte patronne du Brésil (déclarée en 1929 par Pie XI), cette Vierge noire (plus vraiment noire mais en terre cuite), Notre-Dame Aparecida … ainsi que son histoire.

Logo officiel

Aparecida se situe donc au Brésil dans la région de São Paulo. Le 12 octobre 1717, des pêcheurs veulent rendre hommage à Christophe Colomb (car jour anniversaire de la découverte des Amériques ce jour de 1492) en offrant leur prise du jour. C’est un fiasco ! Après plusieurs heures sans succès, les pêcheurs relancent leurs filets et ils pêchent le corps sans tête d’une petite statue. Puis après un autre coup de filet, la tête ! Ils comprennent que c’est une Vierge. Ensuite le filet fut remonté gorgé de poissons.

Durant 15 ans, l’un des pêcheurs garda la statue chez lui. Les voisins venaient pour prier. Ils y eu beaucoup de souhaits exaucés. La famille du pêcheur décida de faire construire un oratoire.

Basilique mineur
Image La Croix

Le chapelain de Guaratinguetá (ville de l’est de la région de São Paulo) fit construire puis inaugurer une chapelle en 1745 en haut d’un mont. Mais le lieu, toujours trop petit, engendra la construction de l’actuelle « ancienne basilique ». Les travaux commencèrent en 1834 (ce n’était qu’une « simple église » jusqu’en 1908 avant de devenir une basilique « mineure »).

En 1888, la Princesse Isabel do Brasil offrit la couronne d’or et de diamant ainsi que le manteau beau à la statut de la Vierge lors de son second passage à la basilique. Elle sera officiellement couronnée par un évêque en 1904.

Image du web

En 1894, une congrégation de prêtres / moines se misent en place pour accueillir la foule de pèlerins.

Ce lieu de pèlerinage a engendré tellement d’activité et de flux de personnes que ce petit village est devenue une municipalité indépendante en 1928.

Il faut savoir que cette Vierge a subi un attentat (dirigé vers elle) en 1978. Elle fut cassée en 12 fragments puis restaurée grâce à l’étude du directeur du musée d’art de São Paulo, un professeur collectionneur en images sacrées brésiliennes et une artiste locale. Depuis, elle est sous verre de protection et n’est sortie qu’aux occasions particulières.

On dit de cette Vierge qu’elle protège les femmes enceintes et les nouveaux nés mais aussi les fleuves et mers. On lui prête le miracle d’avoir rendu la vue à une femme aveugle.

Tiphaine

Médiathèque

https://www.notrehistoireavecmarie.com/fr/esc/notre-dame-daparecida-premier-sanctuaire-marial-du-monde/

St Jacques de Compostelle en Espagne – Voyage n°3 depuis notre salon

Tout le monde connait St Jacques de Compostelle … dans la Bretagne espagnole … la Galice ! Certains ont peut être même fait une partie du chemin qui y mène ! (comme près de 200000 pèlerins chaque année).

Emblème signalant le chemin

Aller à Santiago de Compostela (en espagnol) une un véritable chemin de pèlerinage avec beaucoup de routes et de sentiers connus en Espagne, au Portugal et en France.

Des catholique du monde entier viennent en France pour cheminer jusqu’au tombeau de St Jacques le Majeur (Apôtre du Christ).

Les routes espagnoles

Lors de voyage aux paysages magnifiques, il y a un véritable cheminement intérieur avec le Christ qui s’opère. La souffrance physique du périple ainsi que la solitude durant la marche nous permet de marcher dans les pas du Christ lors de sa Passion.

En fonction des chemins que vous prenez, vous pourrez recevoir beaucoup de chacune de vos rencontres. Les chemins de Compostelle sont connus pour la pénitence mais aussi l’hospitalité et l’enrichissement culturel (lieux traversés et personnes rencontrées).

Une fois sur place, c’est un lieu magnifique qui vous accueille ! Bon … la place est super ensoleillée et chaude à certains moment de l’année … donc attention aux insolations. Mais la cathédrale est superbe aussi bien dedans que dehors. Et si vous pouvez participer à une célébration, vous verrez peut être le botafumeiro (le plus grand encensoir du monde). C’est impressionnant ! Mais personnellement, cela disperse un peu ma prière.

Un tout petit peu d’histoire sur le lieu

  • IXème siècle : Découverte des reliques de Jacques de Zébédéé (St Jacques)
  • XIème siècle : début des pèlerinages. C’est un grand lieu de pèlerinage pour les chrétiens médiévaux.
  • Après 1492 : Après la prise de Grenade par Ferdinand d’Aragon dit le Catholique et Isabelle de Castille dite la Catholique que le Pape Alexandre VI déclare le lieu comme l’un des 3 grands lieux de pèlerinage de la Chrétienté (avec Rome et Jérusalem)

Depuis Jean-Paul II, on ne parle plus de tombeau ou de reliques de St Jacques mais de lieu “lié à la mémoire” du saint.

Reportage
Mais pleins de liens utiles sur la pages YouTube

Médiathèque

Les itinéraires avec les offices de tourismes

Les meilleures routes (site espagnol)

Que voir et faire à St Jacques (site espagnol)

Reportage France TV

Les itinéraires et leurs distances

La Pelerine

pour aller plus loin en histoire

Wikipédia lien 1 ou lien 2

Film conseillé

  • Saint Jacques la Mecque : C’est un film à la fois humoristique et dramatique qui nous montre ce qu’est le cheminement personnel qui peut être fait sur le chemin de St Jacques.
  • The way : chacun des personnages de ce film à besoin de cheminer et de se ressourcer. Les protagonistes viennent du monde entier … la conversion aura t elle lieu ?
  • Compostelle, le chemin de vie : documentaire sur St Jacques

Tiphaine

Notre Dame de Medjugorje en Bosnie – Voyage n°2 depuis notre salon

C’est une histoire très récente. Juin 1981 ! Mais ce lieu est connu pour les pèlerins depuis 1933.

Marie, appelé “Reine de la Paix”, est apparue à 6 enfants de la paroisse de Medjugorje en Bosnie Herzégovine les 24 et 25 juin 1981. Elle demande de vivre et de transmettre ses messages :

Si vous vivez mes messages, vous vivrez les germes de la sainteté

Marie, Mère de Jésus

Essayer de comprendre et d’accepter mes paroles avec le cœur, vous pourrez les transmettre …

Marie, Mère de Jésus

Depuis ce jour, certains ont eu des apparitions quotidiennes de la Gospa (signifie “La Dame” en croate).

Medjugorje se veut être un lieu de conversion des cœurs. Le père Slavko, franciscain (congrégation ayant la charge de la paroisse avant les apparitions de 1981), au début des apparitions de la Vierge disait :

En pèlerinage, essaie de vivre humblement. Marie nous enseigne une nouvelle façon de vivre dans la simplicité du cœur. Ici, entre dans l’église et prie, rend hommage à Jésus, ouvre-lui ton cœur et va te confesser si tu le peux

Le père Slavko, franciscain

La Vierge confie donc un message de paix à atteindre via 5 étapes :

  1. La prière du fond du cœur (un Chapelet tous les jours)
  2. Le jeûne le mercredi et le vendredi
  3. La lecture quotidienne de la Bible
  4. La confession une fois par mois
  5. L’Eucharistie tous les jours.

Cette Vierge n’est autre que la Vierge que beaucoup de français prie à Lourdes.

Ce lieu est controversé depuis longtemps mais le pape Jean-Paul II y a prié la Vierge et ses messages de Paix. Ce lieu est en demande de réhabilitation auprès du Vatican. Néanmoins, il est autorisé pour les organisation diocésaines et paroissiales d’organiser des pèlerinages dans ce santuaire mariale depuis mai 2019.

Liza

Avril 2019

Médiathèque

https://www.medjugorje.ws/fr/

https://www.holyart.fr/blog/saints-et-bienheureux/dame-de-medjugorje-representee-reine-de-paix/

http://imedj.net/

http://www.medjugorje.hr/fr/

Grotte Mariale de Dassa au Bénin – Voyage n°1 depuis notre salon

un site touristique et religieux

Au nombre des hauts lieux religieux en Afrique de l’ouest se trouve la Grotte Mariale de Dassa-Zoumè Au Bénin.

Un événement instauré depuis 1954

La Grotte Mariale notre Dame est situé dans la ville de Dassa-Zoumè à environ 210 km de Cotonou. Haut lieu de prières et de pénitence des chrétiens catholiques, ils s’y réunissent chaque année afin de prier la Vierge Marie.

A l’image du sanctuaire Notre Dame de Lourdes, le pèlerinage notre Dame de Dassa a aussi été instaurée en 1954, afin que les fidèles chrétiens catholiques puissent communier et renforcer leur foi.

L’histoire raconte que le site aurait vu le jour suite à une apparition mystérieuse de la statue de la vierge Marie. Ainsi donc, le 11 Février 1954, le Monseigneur Louis Parisot premier évêque de Dahomey (actuel Bénin) décida de bénir solennellement la grotte naturelle. Ce fut en présence d’une foule de fidèles et de curieux estimée à près de 6000 personnes. Au même moment, il fait ériger au sommet de la colline une grande croix lumineuse. Avec l’aide du père Germain Boucheix, il proclama que le site sera un grand centre des pèlerinages catholiques et surtout un lieu dédié en l’honneur de la Vierge Marie.

Des dizaines de milliers de pèlerins et de touristes se rendent chaque année sur les lieux lors des fêtes d’Ascension et d’Assomption. Ils viennent de plusieurs pays de la sous-région tels que le Togo, le Nigéria, le Burkina-Faso, la Cote d’Ivoire, le Niger, le Nigéria. On dénombre aussi des touristes européens, américains en quête de tourisme religieux. En 2017, le site a accueilli plus de 80 milles pèlerins et touristes.

Claudia

65è édition du pèlerinage à la grotte mariale de Dassa (Août 2019)

Médiathèque :

https://www.voyageurbenin.com/

http://news.acotonou.com/

Voyageons depuis notre salon – Série Pélé !

Tout le monde n’a pas forcément la chance, l’opportunité ou les moyens de voyager et encore moins pour un pèlerinage. On va déjà à l’église … faut pas pousser ! 😉

Plus sérieusement, pendant ces vacances un peu particulières à la suite de ce confinement et du risque de “seconde vague” du COVID-19 … il est préférable de ne pas aller faire de bain de foule !

De plus, il est possible de faire des pèlerinages partout dans le monde … et certaines destinations posent encore problème !

On vous propose alors de découvrir ces lieux de pèlerinages … mais depuis votre salon en lisant ces quelques lignes.

Rien de prétentieux de notre part … on veut juste vous centraliser un peu d’informations sur quelques lieux. 7 jours … 7 lieux !

La plupart des présentations sont réalisées par des personnes de la paroisse. Les autres … par des amis de ces derniers.

Bonne lecture, bon voyage, bonnes vacances … et si cela vous amène 30 secondes de paix … parfait !

Prière Universelle du 09/08/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Nos frères libanais souffrent énormément en ce moment. Nous avons tous vu sur les réseaux sociaux ou dans les journaux les explosions et les répercussions dramatiques de celles ci.Seigneur, envoie ton Amour sur tous nos peuples. Aide le peuple libanais à continuer à croire en ton espérance et accueilles tous ces morts dans ton Royaume.

Seigneur nous te prions

En cette période estivale permet à ton Eglise de se ressourcer et de rester unie et forte grâce à la prière. Aide nous à nous isoler sur cette montagne … plus près de Toi.

Seigneur nous te prions

Certains sont partis en vacances, d’autres y sont ou y seront et certains ne partiront pas ou pas aussi loin que prévu. Néanmoins, permets nous d’être des missionnaires de ton Amour ici ou ailleurs, dans notre quotidien comme dans l’exceptionnel.

Seigneur nous te prions

Avec la chaleur et les vacances des uns ou des autres, rends nous attentif aux personnes les plus fragiles de notre entourage : une personne âgée, un parent seul, un enfant malade … et donnes nous les mots et les gestes pour être plus proches sans envahir.

Seigneur nous te prions

Dimanche 2 Août 2020 – Homélie

XVIIIème dimanche ordinaire – Année A

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Frères et sœurs, depuis plus de trois dimanches nous méditons les paraboles de Jésus où il nous fait comprendre la réalité du royaume des cieux comparable à un semeur, à une graine de moutarde, à un trésor caché, à une perle précieuse, et à un filet qu’on jette à la mer.

Aujourd’hui, Jésus poursuit cette annonce du royaume en enseignant les foules nombreuses venues pour l’écouter. Dans cette annonce, Jésus a eu pitié des foules parce qu’elles n’ont rien à manger et il sollicite l’apport des Apôtres. « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Jésus veut associer les Apôtres à combler la faim de cette foule de gens venus se nourrir de sa parole. Il ne se contente pas de nourrir de la parole, mais va les nourrir du pain qui rassasie les corps pour ne pas qu’ils défaillent sur la route. Souvenez-vous des vœux que nous échangions entre nous au premier Janvier. Une bonne santé, mais aussi la paix et la justice. On se souhaitait de garder confiance et espérance pour la nouvelle année. A travers tous ces vœux que nous échangeons, nous discernons facilement ce dont les gens ont faim autour de nous : faim d’espérance, comme cette foule que Jésus nourrit, faim de retrouver de vraies raisons de vivre, de retrouver le goût et la joie de vivre. Alors qu’attendent-ils ces gens, cette foule affamée que Jésus nourrit ? Qu’attendent-ils de nous aujourd’hui ? Pas tellement des préoccupations dogmatiques sur ce qu’il faut croire ! Ce que les gens attendent de nous chrétiens aujourd’hui, c’est que nous leur redonnions le goût de vivre, le courage et l’espérance au milieu des tâches quotidiennes, même dans les moments de détresse et d’angoisse comme ceux que nous venons de vivre avec cette pandémie, ce que les gens attendent de nous chrétiens, c’est le pain de l’amitié, le pain du courage et de la joie, le pain du sourire, le pain de la fraternité et de l’écoute mutuelle, ils attendent que nous les aidions à découvrir la joie d’aimer, la joie du partage et l’entraide, la joie du pardon et de la réconciliation, la joie du savoir vivre ensemble, même entre les gens très différents les uns les autres. « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » nous dit Jésus. Oui, le récit de la multiplication des pains nous engage personnellement avec Jésus dans cette quête de la compassion pour le service de nos frères, car si Jésus est venu vivre avec nous une vie d’homme comme la nôtre, ce n’est pas simplement pour nous distribuer de quoi manger, mais c’est pour répondre à nos faims humaines les plus profondes, c’est pour répondre aux questions essentielles de la vie au milieu de tout ce qui nous bouleverse, et Jésus nous dit aujourd’hui à chacun de nous : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Répondez vous-mêmes à leurs attentes, à leur faim.

Et comment cela ? Soyez vous-mêmes, par votre manière de vivre, les signes d’espérance et de courage au milieu de vos tâches quotidiennes. Soyez vous-mêmes les signes de la Bonne Nouvelle que Jésus vous a apportée et dont vous vivez vous-mêmes. Oui frères et sœurs, c’est notre foi en Dieu et en Jésus Christ qui alimente sans cesse en nous le goût de vivre, la joie de vivre, il faut que ça se voit et que votre esprit de charité et de solidarité redonne confiance à ceux qui sont seuls, à ceux qui sont découragés ou déçus, il faut qu’ils reconnaissent à travers vous chrétiens les signes que Dieu est là tout prêt, et qu’il les aime.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Les gens d’aujourd’hui et ceux du temps des Apôtres ont faim d’aimer et d’être aimé, ils ont faim d’être reconnus dans leur dignité d’hommes et de femmes, ils ont soif de découvrir la source invisible qui fait jaillir en nous la joie de vivre.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Comme jadis à ses Apôtres, Jésus nous dit de répondre aux attentes de toutes ces personnes qui sollicitent notre solidarité et notre soutien dans un monde où tout est individuel. Alors obéissons à la parole de Dieu, non seulement nous donnons, mais nous partageons le pain de vie qu’est le Christ, car rien ne pourra nous séparer de lui, lui, le pain qui se donne par amour.

Alors sommes-nous prêts à collaborer avec Jésus pour nourrir par la parole ceux qui sont affamés spirituellement et qui cherchent un sens à leur vie ? Sommes-nous prêts à donner à manger à ceux qui ont faim matériellement en venant à leur aide par notre solidarité et notre fraternité ?  Beaucoup l’ont fait durant cette période de pandémie en nourrissant et en se rendant proches de ceux qui souffrent.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Que cette parole du Christ nous interpelle et nous incite à être plus solidaires et plus fraternels entre nous, en étant sensibles à ceux qui souffrent spirituellement et matériellement dans notre communauté. Soyons les uns pour les autres les signes d’espérance pour relever, soutenir et compatir, comme le Christ l’a fait avec cette foule de gens il y a de cela 2000 ans. Ayons ce regard du Christ compatissant à l’égard de toute personne créée à l’image et la ressemblance de Dieu, à  lui la gloire pour les siècles des siècles.

A M E N

Prière Universelle du 02/08/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Pour l’Église, qu’elle proclame inlassablement ta Parole, source de vie et d’espérance pour tous les hommes.

Seigneur, nous te prions.

Pour les responsables politiques, qu’ils gouvernent avec sagesse pour sauvegarder la paix, la justice, et protéger la vie.

Seigneur, nous te prions.

Pour tous ceux qui souffrent de maladie, de la séparation, d’isolement et de précarité, qu’ils trouvent courage et réconfort dans l’engagement et le service de leurs frères chrétiens.

Seigneur, nous te prions.

Pour notre communauté, ceux qui prennent des vacances et ceux qui restent, qu’ils sachent s’émerveiller, dans ce temps de repos, de découvertes et de rencontres, devant les signes de l’amour du Christ.

Seigneur, nous te prions.

1 2 3 23