Prière Universelle du 25/10/2020

L’assassinat du professeur Samuel Paty a suscité de nombreuses réactions.
Au-delà de l’émotion, que nous sachions, nous chrétiens, répondre comme St François : « là où est la haine que je mette l’amour ». Beaucoup de français ont réagi avec des pancartes « je suis prof ». Prions pour tous les enseignants et les passeurs de savoirs. Qu’ils trouvent les mots et les attitudes justes pour ouvrir les intelligences et les cœurs.

Trois adultes de notre paroisse, Gabriela, Jean-Marie et Frédéric seront confirmés le 14 novembre à Enghien. Trois autres Laetitia, Jean et Bofola, seront baptisés à Pâques et enfin trois autres Adeline, Mélody et Julie ont commencé cette année le chemin vers les sacrements. Prions pour qu’ils rencontrent chacun le Seigneur dans leur cœur et qu’ils trouvent dans
notre communauté paroissiale, la chaleur humaine et la fraternité qui leur permettront d’en faire pleinement partie.

Cette semaine un nouvel archevêque, Mgr Olivier de Germay, a été nommé par le pape à Lyon. Prions pour tous nos évêques et nos prêtres. Leur tâche est immense. Que nous sachions, nous laïcs, nous former pour participer pleinement, à notre juste place et selon nos charismes à la mission de l’Eglise : proclamer et faire vivre la Bonne Nouvelle auprès des hommes de notre Temps.

Solenitée de la Toussaint / Jour des défunts

Solennitée de la Toussaint

Messe

Cette année la Toussaint est un dimanche. Les dominicale ne changent pas d’horaire mais nous célébrons la Toussaint.

Voici donc les horaire

  • Samedi 31 octobre : 18h30 à Andilly (messe anticipée) ;
  • Dimanche 1er novembre : 10h30 à Soisy.

Bénédiction des tombes

Comme chaque année une bénédiction des tombes des cimetières de notre paroisse sera organisé le 1er octobre.

» Lire la suite

Prière Universelle du 04/10/2020 – Premières communions

Prière en portugais : O mundo de hoje e assolado por doencas de todos os lados e a pobreza impede frequentemente as pessoas de procurarem tratamento. O senhor da a todos a vontade de criar um mundo em que e bom viver.

Le monde d’aujourd’hui est en proie à la maladie de toutes parts et la pauvreté empêche souvent les gens de se faire soigner. Vous donnez à chacun l’envie de créer un monde dans lequel il fait bon vivre.

Prière en italien : Signore Gesù, tu che sei il gran pontefice per eccellenza ti affidiamo in questo giorno tutti i nostri pastori ; papa, vescovi, preti e diaconi. Fortificali con il tuo spirito santo per un ministero fecondo.

Seigneur Jésus toi le grand prêtre par excellence, nous te confions en ce jour tous nos pasteurs : le Pape, les Evêques, les Prêtres, les diacres et les Sœurs. Fortifie-les par ton Saint Esprit pour un ministère fécond.

Seigneur Jésus pendant ta vie terrestre tu as béni les enfants, guéris les malades, chassé les démons redonner la vue aux aveugles, soulager les consciences, redonner la place aux exclus, accueilli les pêcheurs.
Tu es le même hier et aujourd’hui et le sera éternellement.
Pose ton regard et touche les malades puisque par ta Sainte Passion tu t’es identifié à chaque cas.
Donne à tous d’accueillir dans leur corps leurs cœurs et dans leurs âmes le toucher guérissant de ton Amour.

Prière en Créole : Papa Bondié, wou ki montré nous lanmou’w épi sent fanmi bondié jodi a nou ka mété fanmi nou an ba limièw ek plkis anko sé ta a ki ka soufè. Vréyé an zyé anlè yo, pwotéjé yo ! Fè nou wè Jési ich ou an tout fanmi-nou. Papa bondié kouté nou ! nou ka prédyé ba légliz nou, fanmi bondié. Nou ka mandé kè i toujou rété yonn ka vréyé lanmou ou ni ban ou. Papa bondié kouté nou.

Seigneur Toi qui nous as montré ton amour à travers la Sainte famille de dieu nous te confions nos familles et plus particulièrement celles brisées. Veille sur elles et protège les.
Apprends-nous à voir Jésus dans chacun des membres de nos familles.
Seigneur écoutes nous !
Nous prions également pour notre Eglise famille de Dieu qu’elle soit toujours unie et témoin de ton amour. Seigneur écoute nous !

Dimanche 27 septembre – Homélie

XXVIème dimanche du temps ordinaire – Année A

« Lequel des deux a fait la volonté du père ? »

Aujourd’hui, nous contemplons le Père propriétaire de la vigne, demander à chacun de ses deux fils :

Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne (Mt 21,29).

Mt 21, 29

L’un dit “oui” et n’y va pas. L’autre dit “non” mais il y va. Ni l’un ni l’autre ne respecte sa parole.

C’est certain, que celui qui dit oui et reste à la maison ne prétend pas tromper son père. Ce doit être par paresse, mais non seulement “paresse de faire quelque chose” mais paresse d’y réfléchir également. Sa devise: “Moi je m’en fous de ce que j’ai dit hier”.

Celui qui dit “non”, se sent concerné par ce qu’il a dit hier. Il se repent de son arrogance envers son père. De sa douleur il prend le courage de rectifier ce qu’il a fait. Il rectifie ses fausses paroles avec un geste vrai. “Errarre, Humanum est” ? C’est vrai mais ce qui est encore humain – et plus conforme à notre vérité intérieure – c’est de rectifier. Même si cela nous coûte, car cela signifie s’humilier, écraser la vanité et l’orgueil. Cela nous est déjà peut-être arrivé de corriger une action précipitée, un jugement téméraire, une évaluation injuste… et après avec un soupir de soulagement se dire: Merci Seigneur!

Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.

Mt 21, 31

Saint Jean Chrysostome souligne la psychologie parfaite du Seigneur devant ses “grands-prêtres”: « Il ne leur dit pas directement: ‘pourquoi n’avez vous pas cru en Jean?’, mais, ce qui est encore plus pointu, il les confronte aux publicains et prostituées. Ainsi il leur reproche, avec la force frappante des faits, leur malice dans leur comportement marqué par l’entêtement humain et vantardise ».

En se mettant dans la scène, nous regretterons peut-être l’absence d’un troisième fils, d’un ton moyen, dans lequel il nous serait facile de nous reconnaître et nous demanderions pardon avec honte. Celui-là nous nous l’inventons – avec la permission du Seigneur – et nous l’entendons répondre au Père: ‘Il se peut que oui, mais il se peut que non’. Et certains disent avoir entendu à la fin: ‘…c’est le plus probable mais qui sait’.

A M E N

Père Maguimey

Formation gratuite sur la messe

En lien avec “Magnificat” et de manière gratuite, une formation sur la messe vous est proposée sur https://mooc.lemoocdelamesse.fr/

C’est un MOOC …. mais qu’est ce que c’est ?

Un MOOC : acronyme formé des initiales de Massive Open Online Course, en français Formation en Ligne Ouverte à Tous ou FLOT

Ce MOOC est ouvert jusqu’au 3 janvier.

Vous pouvez donc y participer en vous inscrivant sur le lien précédent !!!

Capture de la plateforme
Bibliographie

Wikipédia

Prière Universelle du 27/09/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Dieu notre Père, nous te prions pour l’Église et ses ministres, donne-leur la force de toujours proclamer l’amour inlassable du Christ Sauveur du monde.

Dieu notre Père, nous te prions pour les dirigeants du monde, guide-les dans leurs décisions pour que chaque homme ait droit au respect, au bien-être, à la justice et au partage des richesses.

Dieu notre Père, nous te prions pour les plus fragiles, protège-les, donne-leur le réconfort dont ils ont besoin auprès de ceux qui les accueillent, qu’ils trouvent la paix et une vie digne.

Dieu notre Père, nous te prions pour notre communauté, et plus spécialement pour les jeunes du doyenné qui, hier, ont reçu le sacrement de Confirmation. Que le souffle de ton Esprit les aide à témoigner avec joie, et par des engagements concrets , de la Bonne Nouvelle de ton amour. Tu nous appelles à ta vigne : que nos lieux de vie soient des lieux d’écoute et de service mutuel.

Prière Universelle du 20/09/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Voici venu le temps des vendanges. Présentons à Dieu les ressources de notre terre, qu’elles soient partagées de façon équitable entre tous avec persévérance.

“Personne ne nous a embauchés” regrettent les ouvriers de la dernière heure. Présentons à Dieu ceux qui peinent à trouver un travail.

“Chaque joue, je te bénirai” dit le psalmiste. Présentons à Dieu notre assemblée réunie aujourd’hui : les enfants de la catéchèse,les jeunes de l’aumônerie, tous les membres de nos mouvements.

Prière Universelle de reprise en partie de Prions En Église – Septembre 2020

Prière Universelle du 13/09/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Aujourd’hui Seigneur Jésus, tu nous apprends à pardonner sans compter. Que tous les membres de ton Eglise n’oublient jamais cet enseignement.

Oh Jésus donne nous la force de vivre ta miséricorde

Aujourd’hui Seigneur Jésus, les violences de tout genre sont de plus en plus présentes dans nos cités. Des personnes font leurs lois au détriment du vivre ensemble. Inspire nos dirigeant pour qu’ils trouvent des moyens pour que la fraternité revienne dans notre pays.

Oh Jésus donne nous la force de vivre ta miséricorde

Aujourd’hui Seigneur Jésus, dans nos vies, nous ne savons plus te reconnaître dans ceux qui sont dans le besoin. Ouvre nos cœurs afin que nous osions aller les voir. Pour que nous et elles vivent pour toi Seigneur.

Oh Jésus donne nous la force de vivre ta miséricorde

Aujourd’hui Seigneur Jésus, notre paroisse de Soisy-Andilly recommence à revivre après cette période troublée. Que nous continuions à faire attention aux autres.

Oh Jésus donne nous la force de vivre ta miséricorde

Dimanche 13 septembre 2020 – Homélie

24ème dimanche du temps ordinaire – Année A

« Combien de fois dois-je lui pardonner ? »

Aujourd’hui, dans l’Évangile, Pierre consulte Jésus sur un sujet très concret qui suit hébergé dans le cœur de beaucoup de personnes : il demande par la limite du pardon. La réponse consiste en ce que la dite limite n’existe pas :

Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept

Mt 18, 22

Pour expliquer cette réalité, Jésus emploie une parabole. La question du roi centre le sujet de la parabole :

Ne devais-tu pas aussi compatir à ton compagnon, de la même façon que j’ai compati à toi ?

Mt 18, 33

Le pardon est un don, une grâce qui procède de l’amour et la miséricorde de Dieu. Pour Jésus, le pardon n’a pas de limites, chaque fois que le repentir est sincère et véridique. Mais il exige ouvrir le cœur à la conversion, c’est-à-dire, agir avec les autres selon les critères de Dieu.

Le grave péché nous écarte du Dieu (cf. “Catéchisme de l’Église Catholique” n. 1470). Le véhicule ordinaire pour recevoir le pardon de ce grave péché de la part du Dieu est le sacrement de la Pénitence, et l’acte du pénitent que la couronne est la satisfaction. Les propres œuvres qui manifestent la satisfaction sont le signe de l’engagement personnel — que le chrétien a assumé devant Dieu — de commencer une nouvelle existence, en réparant dans le possible les dommages causés au prochain.

Il ne peut pas y avoir un pardon du péché sans un genre de satisfaction, dont la fin est :

  1. Éviter de glisser vers d’autres plus graves péchés ;
  2. Repousser le péché (puisque les peines satisfaisantes sont comme un frein et font le pénitent plus prudent et vigilant) ;
  3. Enlever avec les actes vertueux les habitudes mauvaises contractés avec le mal vivre ;
  4. Assimiler à Christ.

A M E N

Père Maguimey

Dimanche 30 août 2020 – Homélie

XXIIème dimanche du temps 2020 – Année A

« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive »

Aujourd’hui, nous contemplons Pierre – figure emblématique, un grand témoin et maître de la foi – comme un homme en chair et en os, avec ses défauts et faiblesses comme chacun de nous. Il faut remercier les évangélistes de nous avoir présenté les personnalités des premiers disciples de Jésus avec beaucoup de réalisme. Pierre qui fait la profession de foi par excellence comme nous l’avons vu dans l’Évangile XXI et qui mérite un grand éloge de la part du Seigneur ainsi que la promesse d’autorité suprême au sein de l’Église (cf. Mt 16, 16-19) reçoit cette fois-ci une sévère réprimande de la part de Jésus, car en effet, sur le parcours de la foi, il a encore beaucoup à apprendre :

Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes

Mt 16, 23

Entendre la réprimande que Jésus fait à Pierre nous donne une bonne motivation pour faire un examen de conscience sur notre façon d’être chrétiens. Sommes-nous vraiment fidèles aux enseignements de Jésus ? Au point de penser réellement comme Dieu, ou est-ce que nous façonnons nos pensées et critères en fonction de ceux du monde ? Tout au long de l’histoire, les fils de l’Église sont tombés dans la tentation de penser à la manière du monde, de s’appuyer sur les richesses matérielles, de chercher avec ardeur le pouvoir politique et le prestige social, et parfois les intérêts mondains les motivent plus que l’esprit de l’Évangile. Face à cela, la question revient :

Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ?

Mt 16, 26

Après avoir mis les choses au point, Jésus nous apprend ce que penser comme Dieu veut dire : aimer, avec tout ce que cela comporte comme renoncement de soi pour le bien du prochain. C’est pour cela que le chemin pour suivre le Christ passe par la croix. C’est un chemin de tendresse car « avec la présence d’un ami et capitaine aussi bon que Jésus, qui s’est mis à l’avant-garde de la souffrance nous pouvons tout endurer : Il nous aide et nous encourage, Il ne nous fait jamais défaut, Il est un vrai ami » (Ste Thérèse d’Avila). Et, quand la croix est symbole d’amour sincère elle devient lumineuse et symbole de salut.

A M E N

Père Maguimey

1 2 3 23