Prière Universelle du 09/08/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Nos frères libanais souffrent énormément en ce moment. Nous avons tous vu sur les réseaux sociaux ou dans les journaux les explosions et les répercussions dramatiques de celles ci.Seigneur, envoie ton Amour sur tous nos peuples. Aide le peuple libanais à continuer à croire en ton espérance et accueilles tous ces morts dans ton Royaume.

Seigneur nous te prions

En cette période estivale permet à ton Eglise de se ressourcer et de rester unie et forte grâce à la prière. Aide nous à nous isoler sur cette montagne … plus près de Toi.

Seigneur nous te prions

Certains sont partis en vacances, d’autres y sont ou y seront et certains ne partiront pas ou pas aussi loin que prévu. Néanmoins, permets nous d’être des missionnaires de ton Amour ici ou ailleurs, dans notre quotidien comme dans l’exceptionnel.

Seigneur nous te prions

Avec la chaleur et les vacances des uns ou des autres, rends nous attentif aux personnes les plus fragiles de notre entourage : une personne âgée, un parent seul, un enfant malade … et donnes nous les mots et les gestes pour être plus proches sans envahir.

Seigneur nous te prions

Dimanche 2 Août 2020 – Homélie

XVIIIème dimanche ordinaire – Année A

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Frères et sœurs, depuis plus de trois dimanches nous méditons les paraboles de Jésus où il nous fait comprendre la réalité du royaume des cieux comparable à un semeur, à une graine de moutarde, à un trésor caché, à une perle précieuse, et à un filet qu’on jette à la mer.

Aujourd’hui, Jésus poursuit cette annonce du royaume en enseignant les foules nombreuses venues pour l’écouter. Dans cette annonce, Jésus a eu pitié des foules parce qu’elles n’ont rien à manger et il sollicite l’apport des Apôtres. « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Jésus veut associer les Apôtres à combler la faim de cette foule de gens venus se nourrir de sa parole. Il ne se contente pas de nourrir de la parole, mais va les nourrir du pain qui rassasie les corps pour ne pas qu’ils défaillent sur la route. Souvenez-vous des vœux que nous échangions entre nous au premier Janvier. Une bonne santé, mais aussi la paix et la justice. On se souhaitait de garder confiance et espérance pour la nouvelle année. A travers tous ces vœux que nous échangeons, nous discernons facilement ce dont les gens ont faim autour de nous : faim d’espérance, comme cette foule que Jésus nourrit, faim de retrouver de vraies raisons de vivre, de retrouver le goût et la joie de vivre. Alors qu’attendent-ils ces gens, cette foule affamée que Jésus nourrit ? Qu’attendent-ils de nous aujourd’hui ? Pas tellement des préoccupations dogmatiques sur ce qu’il faut croire ! Ce que les gens attendent de nous chrétiens aujourd’hui, c’est que nous leur redonnions le goût de vivre, le courage et l’espérance au milieu des tâches quotidiennes, même dans les moments de détresse et d’angoisse comme ceux que nous venons de vivre avec cette pandémie, ce que les gens attendent de nous chrétiens, c’est le pain de l’amitié, le pain du courage et de la joie, le pain du sourire, le pain de la fraternité et de l’écoute mutuelle, ils attendent que nous les aidions à découvrir la joie d’aimer, la joie du partage et l’entraide, la joie du pardon et de la réconciliation, la joie du savoir vivre ensemble, même entre les gens très différents les uns les autres. « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » nous dit Jésus. Oui, le récit de la multiplication des pains nous engage personnellement avec Jésus dans cette quête de la compassion pour le service de nos frères, car si Jésus est venu vivre avec nous une vie d’homme comme la nôtre, ce n’est pas simplement pour nous distribuer de quoi manger, mais c’est pour répondre à nos faims humaines les plus profondes, c’est pour répondre aux questions essentielles de la vie au milieu de tout ce qui nous bouleverse, et Jésus nous dit aujourd’hui à chacun de nous : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Répondez vous-mêmes à leurs attentes, à leur faim.

Et comment cela ? Soyez vous-mêmes, par votre manière de vivre, les signes d’espérance et de courage au milieu de vos tâches quotidiennes. Soyez vous-mêmes les signes de la Bonne Nouvelle que Jésus vous a apportée et dont vous vivez vous-mêmes. Oui frères et sœurs, c’est notre foi en Dieu et en Jésus Christ qui alimente sans cesse en nous le goût de vivre, la joie de vivre, il faut que ça se voit et que votre esprit de charité et de solidarité redonne confiance à ceux qui sont seuls, à ceux qui sont découragés ou déçus, il faut qu’ils reconnaissent à travers vous chrétiens les signes que Dieu est là tout prêt, et qu’il les aime.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Les gens d’aujourd’hui et ceux du temps des Apôtres ont faim d’aimer et d’être aimé, ils ont faim d’être reconnus dans leur dignité d’hommes et de femmes, ils ont soif de découvrir la source invisible qui fait jaillir en nous la joie de vivre.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Comme jadis à ses Apôtres, Jésus nous dit de répondre aux attentes de toutes ces personnes qui sollicitent notre solidarité et notre soutien dans un monde où tout est individuel. Alors obéissons à la parole de Dieu, non seulement nous donnons, mais nous partageons le pain de vie qu’est le Christ, car rien ne pourra nous séparer de lui, lui, le pain qui se donne par amour.

Alors sommes-nous prêts à collaborer avec Jésus pour nourrir par la parole ceux qui sont affamés spirituellement et qui cherchent un sens à leur vie ? Sommes-nous prêts à donner à manger à ceux qui ont faim matériellement en venant à leur aide par notre solidarité et notre fraternité ?  Beaucoup l’ont fait durant cette période de pandémie en nourrissant et en se rendant proches de ceux qui souffrent.

« Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Que cette parole du Christ nous interpelle et nous incite à être plus solidaires et plus fraternels entre nous, en étant sensibles à ceux qui souffrent spirituellement et matériellement dans notre communauté. Soyons les uns pour les autres les signes d’espérance pour relever, soutenir et compatir, comme le Christ l’a fait avec cette foule de gens il y a de cela 2000 ans. Ayons ce regard du Christ compatissant à l’égard de toute personne créée à l’image et la ressemblance de Dieu, à  lui la gloire pour les siècles des siècles.

A M E N

Prière Universelle du 02/08/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Pour l’Église, qu’elle proclame inlassablement ta Parole, source de vie et d’espérance pour tous les hommes.

Seigneur, nous te prions.

Pour les responsables politiques, qu’ils gouvernent avec sagesse pour sauvegarder la paix, la justice, et protéger la vie.

Seigneur, nous te prions.

Pour tous ceux qui souffrent de maladie, de la séparation, d’isolement et de précarité, qu’ils trouvent courage et réconfort dans l’engagement et le service de leurs frères chrétiens.

Seigneur, nous te prions.

Pour notre communauté, ceux qui prennent des vacances et ceux qui restent, qu’ils sachent s’émerveiller, dans ce temps de repos, de découvertes et de rencontres, devant les signes de l’amour du Christ.

Seigneur, nous te prions.

Prière Universelle du 19/07/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Seigneur, Que notre gouvernement et nos municipalités, en ce temps de congé, se ressourcent et méditent. Que l’Esprit Saint descende sur chacun d’eux, sous une forme ou une autre, pour qu’ils guident le peuple vers des jours meilleurs.

Seigneur nous te prions.

Seigneur, Toi qui prend soin de toute chose, protège et aide chacun de tes serviteurs dans ton Eglise. Qu’ils délivrent ton message d’amour sereinement sans persécution et sans haine.

Seigneur nous te prions.

Seigneur, Permet à chacun de nous de trouver le bon grain en nous pour que nous le semions dès la rentrée … pour que tous ensemble nous puissions en récolter les fruits chaque jour.

Aide nous à grandir malgré cet ivraie qui pousse à nos côtés.

Seigneur nous te prions.

Dimanche 19 juillet 2020 – Homélie

XVIème dimanche du temps ordinaire – Année A

« Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient qu’il y a de l’ivraie ? Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson. »

Frères et sœurs, après la parabole de la semence que nous avons méditée dimanche dernier, voici celle du bon grain et de l’ivraie. Jésus y compare le royaume de Dieu à un champ de blé dans lequel les mauvaises herbes, l’ivraie, croissent à côté de bon grain, le mal et le bien.

En effet, à travers cette parabole, nous constatons qu’autour de nous et en nous, sont mêlés le bien et le mal. L’attitude à adopter devant ces deux réalités du bien et du mal, c’est celle de Dieu qui laisse grandir l’un à côté de l’autre jusqu’au temps de la moisson, le bon grain et l’ivraie. Et cette attitude de Dieu, c’est la compréhension, la patience et la confiance. « Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson. » L’auteur du livre de la Sagesse nous dit que Dieu juge avec indulgence et qu’il gouverne avec beaucoup de ménagement, car il offre toujours une occasion de repentir pour celui qui se tourne vers lui. Cette attitude de compréhension, de patience et de confiance de Dieu à l’égard de tout doit nous servir pour que nous sachions comprendre, pour patienter à l’égard de ceux qui nous font souffrir ou qui commettent le mal autour d’eux. La parabole du bon grain et de l’ivraie symbolise le bien et le mal qui cohabitent. C’est une réalité ancrée dans notre vie quotidienne, et faire preuve de patience et de compréhension n’est pas donné à tous.

En effet les serviteurs qui découvrent l’ivraie en train de germer demandent au maître de débarrasser le sol de cette ivraie parasite qu’est le mal, mais le maître répond : « laissez-les poussez ensemble jusqu’à la moisson. »

Oui, nous pourrions, nous aussi, nous reconnaître dans ces serviteurs zélés, écarter ceux qui ne semblent pas répondre à nos critères, aux normes de l’Eglise, plus attentifs à fustiger le mal, plus rapide à dénoncer le mal, ce qui ne va pas, plus facile à juger au lieu d’aimer, plus facile à voir le mal chez l’autre, et nous oublions parfois qu’il y a en nous l’ivraie, c’est-à-dire le mal aussi bien que le bon grain, c’est-à-dire le bien, car le bien et le mal cohabitent ensemble en nous, et c’est dans ce sens que Dieu dit : « Laissez-les pousser ensemble. » En effet, tous les jours nous rencontrons des hommes qui œuvrent pour le bien, mais hélas d’autres pour le mal ; ce ne sont pas les exemples qui nous manquent. A travers cette parabole du bon grain et de l’ivraie, Jésus nous invite à prendre conscience de cette réalité du bien et du mal dans le monde, mais Dieu nous a donné la liberté de choisir de faire le bien ou de faire le mal et ne soyons pas étonnés de cette coexistence du bien et du mal dans notre monde, car le choix revient à chacun de nous à cause de la liberté que Dieu nous a donnée.

En écoutant la parabole de bon grain et de l’ivraie, ne nous décourageons pas dans la poursuite à faire le bien pour les autres, et que le mal que font certains ne nous poussent pas à abdiquer, pour juger ou pour condamner, mais à avoir cette compréhension et cette patience de Dieu pour lutter de toutes nos forces pour que règnent la justice, la paix et l’entente entre les hommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Demandons au Seigneur en ce jour de nous donner son Esprit afin que le bon grain, le bien, soit toujours dominant en nous, car le royaume de Dieu est une petite semence qui doit grandir, une espérance qui doit se transmettre. Mais que l’ivraie, le mal, ne l’emporte pas sur le bon grain, le bien. Oui, le bien triomphera toujours sur le mal. Imitons la patience de Dieu dans notre vie communautaire, familiale, pour faire triompher le bien qui est dans chaque personne. Que cette parabole de ce jour nous aide à nous départir du mauvais pour revêtir nos cœurs de ce qui est bon en nous et que le Seigneur nous délivre de l’ivraie, le mal, pour semer en nous le bon grain pour le service de nos frères.

A M E N

Meryemana … pour les jeunes femmes de 22 à 35 ans

Meryemana est une année de fondation spirituelle et de mûrissement vocationnel au féminin.

Elle s’adresse à des jeunes femmes entre 22 et 35 ans.

Les inscriptions pour la 6ème promotion sont ouvertes 😊 www.meryemana.fr/pourquoi-pas-moi/

« Cherche ces espaces de calme et de silence qui te permettront de réfléchir, de prier, de mieux regarder le monde qui t’entoure, et alors, oui, avec Jésus tu pourras reconnaître quelle est ta vocation sur cette terre » (Christus vivit 276)

Malgré le confinement, tu as savouré de pouvoir ralentir ? Tu envisages de t’arrêter l’an prochain ? Tu aimerais y voir plus clair dans ta vocation comme jeune femme ?

Meryemana peut te permettre de vivre 9 mois qui seront décisifs dans ta vie. 

Découvre les témoignages de participantes des promotions précédentes : www.meryemana.fr/temoignages/.

Tu peux aussi écouter la responsable de l’année présenter l’essentiel de la démarche en 3’ : www.meryemana.fr/presentation/.

Pour te rendre compte de ce que vivent les participantes au jour le jour viens nous suivre sur la page FB « Année Meryemana » https://www.facebook.com/Année-Meryemana.

Si tu veux en parler et éclairer ton discernement afin de prendre une décision sûre et confiante n’hésite pas à prendre contact avec Claire de Bénazé, sfx – 06 98 43 04 28 – annee.meryemana@gmail.com

Pastorale des Jeunes du diocèse de Pontoise

Dimanche 12 juillet 2020 – Homélie

XVème dimanche du temps ordinaire – Année A

« Voici que le semeur est sorti pour semer, des grains sont tombés sur le bord du chemin, sur le sol pierreux, sur les ronces, et sur la bonne terre. Celui qui a les oreilles qu’il entende. »

Frères et sœurs, dimanche dernier Jésus nous révélait qu’il est ce maître doux et humble de cœur qu’il faut imiter et il nous invitait à inscrire cette douceur et cette humilité dans notre vie avec nos frères pour être ses disciples. Aujourd’hui, il nous parle en parabole et la parabole qu’il utilise c’est celle du semeur. « Voici que le semeur est sorti pour semer. »

De quelle semence s’agit-il ? De la parole de Dieu : le semeur c’est Jésus lui-même et les différents terrains qui accueillent cette parole, c’est nous qui sommes rassemblés en ce jour pour recevoir cette parole, et nous la recevons selon les différents terrains que Jésus vient de mentionner : le bord du chemin, le sol pierreux, les ronces et la bonne terre. La parole de Dieu est accueillie et reçue selon les dispositions de notre cœur, soit comme au bord du chemin, c’est-à-dire que cette parole de Dieu est étouffée par notre manque de persévérance, de dynamisme pour briller cette parole de Dieu dans notre vie.

Ou parfois nous recevons cette parole de Dieu sur le sol pierreux, c’est-à-dire que notre cœur reste imperméable à l’épanouissement de cette parole. Elle ne peut rien produire en nous comme fruits, car les soucis de ce monde prennent une place importante dans notre relation avec Dieu. Rien ne peut nous séduire demeurer fidèle à Dieu dan tout ce que nous faisons.

Nous recevons cette parole sur les ronces, c’est la foi étouffée par les biens temporels, la recherche du bien-être qui nous empêche de choisir Dieu et de témoigner pour lui en cherchant d’autres intermédiaires contraires à notre foi chrétienne.

Nous recevons cette parole de Dieu sur la bonne terre, c’est-à-dire dans le cœur disposés à l’accueillir, à se laisser séduire par sa parole et de ce fait, nous donnons amour et charité. C’est la foi vécue en actes et en vérité comme disait Saint Jacques : « La foi sans les actes est une foi morte. » Oui la bonne terre, c’est cette foi vécue en actes et en vérité dans la vie de tous les jours, et nous devons être des terres fertiles où cette parole de Dieu fructifie pour donner des fruits d’amour, de charité, en abondance pour nos frères.

Alors frères et sœurs, quels terrains sommes-nous pour recevoir et faire fructifier la parole de Dieu dans nos cœurs pour le service de nos frères ?

Sommes-nous cette bonne terre pour accueillir la parole de Dieu ou au contraire,  sommes-nous ce sol pierreux, ces ronces où la parole de Dieu ne peut rien produire comme fruits pour le service de nos frères ? Beaucoup parmi nous font déjà fructifier cette parole de Dieu dans notre communauté par leur engagement au sein de nos structures et mouvements de la paroisse. Oui chacun et chacune de nous peut faire fructifier la parole de Dieu selon ses charismes et talents, car Dieu sème les mêmes grâces pour tous et c’est à chacun de nous de faire fructifier ce qu’il a reçu gratuitement de la part de Dieu pour le service de ses frères. Point besoin de faire des comparaisons, l’essentiel c’est de faire confiance en Dieu pour être cette bonne terre où sa parole éclaire, illumine nos cœurs en vue d’un témoignage en paroles et en actes. Oui, la semence de Dieu qu’est sa parole, est comme l’eau qui pénètre nos cœurs et le féconde, comme l’eau capable de faire fleurir les zones les plus désertiques de nos vies d’hommes et de femmes pour faire briller les fruits de charité, d’amour, de bonté, de bienveillance pour le service de nos frères.

Soyons cette bonne terre où la parole de Dieu fructifie en abondance en vue de bonnes œuvres pour notre communauté paroissiale. Entretenons cette parole de Dieu semée en nous depuis notre baptême par l’esprit de prière, de vigilance, de générosité pour que la divine semence de Dieu grandisse et mûrisse en nous sans être étouffée ou desséchée par les soucis du monde, ouvrons nos yeux, nos oreilles. « Heureux les yeux qui voient et les oreilles qui entendent. » Que cette parole de Dieu fructifie pour chacun et chacune de nous en vue d’être témoin dans notre groupement paroissial et de semer à pleine main l’évangile du salut, pour la gloire du Dieu Père fils et Esprit Saint.

A M E N

Prière Universelle du 12/07/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Seigneur, En ce premier dimanche de vacances scolaires, accompagne nos jeunes dans toutes leurs actions de recherches spirituelles. Que ce temps de pause soit un temps de rencontre de soi et de l’autre même pour ceux qui ne partent pas.

Seigneur, entend nos prières.

Seigneur, Nous sommes enfin libre de circuler comme bon nous semble mais ce n’est pas le cas de tous. Accorde ton soutien à tous ces peuples accablés par le mépris ou la guerre. Aide les à trouver la lumière de jours meilleurs pour qu’ils restent porteurs d’espérance.

Seigneur, entend nos prières.

Seigneur, Tu as fait l’homme à ton image pourtant nous passons notre temps à nous entre tuer, à nous mépriser, à nous calomnier les uns les autres. Aides nous à mettre nos rancœurs de coté pour avancer ensemble sur ton chemin. Fait germer en nous ton amour.

Seigneur, entend nos prières.

Seigneur, la nourriture spirituelle est primordiale mais le corps a aussi besoin de se nourrir. Malgré nos dérèglements climatiques et tous nos excès, accorde à notre planète, et nos agriculteurs, un peu de répit pour qu’ils puissent moissonner et récolter paisiblement pendant cet été.

Seigneur, entend nos prières.

Prière Universelle du 05/07/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Pour que le Christ sauveur illumine par la grâce du baptême le corps, le cœur, l’esprit et l’âme de Jason, Aron, Alexandre et Lilian

Pour qu’il accorde à chacun d’eux d’en fructifier les promesses jusqu’au dernier souffle en fidélité à la foi chrétienne, en rayonnement de l’espérance évangélique et en amour croissant pour Son Eglise, pour leurs familles et pour tout leur entourage.

Seigneur nous te prions.

» Lire la suite
1 2 3 22