Incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris – Message du Pape François

Suite à l’incendie qui a ravagé une grande partie de la cathédrale Notre Dame, je m’associe à votre tristesse, ainsi qu’à celle des fidèles de votre diocèse, des habitants de Paris et de tous les Français. En ces Jours Saints où nous faisons mémoire de la passion de Jésus, de sa mort et de sa résurrection, je vous assure de ma proximité spirituelle et de ma prière.

Cette catastrophe a gravement endommagé un édifice historique. Mais j’ai conscience qu’elle a aussi affecté un symbole national cher au cœur des Parisiens et des Français dans la diversité de leurs convictions. Car Notre Dame est le joyau architectural d’une mémoire collective, le lieu de rassemblement pour nombre de grands évènements, le témoin de la foi et de la prière des catholiques au sein de la cité.

 En saluant le courage et le travail des pompiers qui sont intervenus pour circonscrire l’incendie, je forme le vœu que la cathédrale Notre Dame puisse redevenir, grâce aux travaux de reconstruction et à la mobilisation de tous, ce bel écrin au cœur de la cité, signe de la foi de ceux qui l’ont édifié, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l’humanité.

Avec cette espérance, je vous accorde de grand cœur la bénédiction apostolique, ainsi qu’aux Évêques de France et aux fidèles de votre diocèse, et j’appelle la bénédiction de Dieu sur les habitants de Paris et sur tous les Français.

Franciscus Pp.

Source : https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-04/solidarite-pape-francois-paris.html

5 questions : « Comment se mettre au service de l’autre ? … l’histoire d’une vie ! »

René a accepté de répondre à quelques questions en lien avec sa vie …

René, peux-tu te présenter en 1 ou 2 phrases

Comment as-tu connu le CCFD ?

En 1963, je quittais le Périgord pour devenir Soiséen. Je laissais là-bas famille, amis, le scoutisme et une équipe de la JOC, pour fonder un foyer à Soisy avec celle que je ne peux oublier ! Bien vite nous sommes repérés par une équipe ACO, et plus tard, vers 1968/70, par un paroissien, Jean-Pierre, qui nous fait connaitre le CCFD TS.

Quelques années après, nous le remplacions à la tête de l’équipe du CCFD TS Soisy-Andilly.

En quelques phrases, qu’est-ce que le CCFD ?

» Lire la suite

A propos du lavement des pieds (Jn 13, 1-20)

Relisons ce texte de St Jean

Si l’on compare le récit des derniers jours de Jésus dans les quatre évangiles, on observe que seul   Saint Jean rapporte l’épisode du lavement des pieds. Par contre, il ne dit rien de la Cène qui figure dans les synoptiques. L’évangéliste donnerait-il plus d’importance à ce geste qu’à l’institution de l’Eucharistie ? D’autant qu’il place ce récit au début du « livre de l’heure », c’est-à-dire des chapitres qui rassemblent les derniers discours de Jésus, la Passion et la Résurrection ! (Jn 13-21). Il en fait un évènement essentiel, au fondement de la foi.

» Lire la suite

Qu’est ce que le CCFD Terre Solidaire ?

« Le Comité Catholique contre la Faim » (CCF) a été créé en 1961 suite à l’appel de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) pour la lutte contre la faim dans le monde. L’appel est relayé par Jean XXIII lors de Vatican II et la Conférence des évêques de France.

Il apparaît très vite que lutter contre la faim ne peut aboutir que si l’on s’attaque aux causes de la faim. C’est ainsi qu’en 1966 le CCF devient CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) et en 2000 on lui donne un prénom : Terre solidaire … sa vocation !

» Lire la suite

Brocante EAP – Samedi 23 mars 2018 – Merci

Un grand merci à tous ceux qui d’une  manière ou d’une autre en préparant, en triant, en installant ou en vendant ou en rangeant lors de la brocante d’Avenir et Paroisse du samedi 23 mars.

Cette brocante a été un grand succès ce qui permettra de financer les travaux de rénovation de l’appartement du Père Pierre.

Patrick M.

5 questions : Vivre en paroisse et évangélisation … les témoins du quotidien

Aujourd’hui, les questions sont posées à nos 2 jeunes animatrices de 4è/3è sur notre paroisse.

Solène et Gaëlle, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Solène : Je m’appelle Solène, j’ai 17 ans et je suis en terminale ES.

Gaëlle : Je m’appelle Gaëlle, j’ai actuellement 17 ans, je suis en classe de terminale ES.

Pourquoi êtes-vous devenues animatrices ?

Solène : Je suis devenue animatrice car j’ai eu envie de partager ma foi avec des personnes jeunes et  leur montrer mon parcours religieux. J’ai surtout été motivée par Tiphaine, mon ancienne animatrice, Tiphaine. Lors de son départ de la paroisse  j’ai voulu prendre un peu le relais et continuer à sa place.

Gaëlle : J’ai commencé à m’intégrer dans la communauté chrétienne il y a environs 5 ans. Tout a débuté quand j’ai suivi mon amie Solène à ses rencontres d’aumôneries. Je ne suis pas baptisée, mais j’ai tout de suite adhéré à cette religion. Je suis maintenant intégrée à cette communauté chrétienne et j’anime des rencontres d’aumônerie avec mon amie Solène.

Quel est votre parcours religieux à chacune ?

Solène : Je suis baptisée depuis mes 1 ans et j’ai fait tout mon parcours religieux jusqu’à ma confirmation. Je suis actuellement animatrice pour les 4e/3e en aumônerie avec Gaëlle, Valérie G. et Myriam.

Gaëlle : Je suis devenue animatrice car on me l’a proposé et j’avais envie de rencontrer les jeunes de la paroisse pour échanger avec eux et voir le point de vue  sur la religion de différentes personnes. D’autre part, ces rencontres d’aumôneries me permettent à moi aussi d’en apprendre davantage sur la religion chrétienne.

Qu’allez-vous faire pendant votre Carême ?

Solène : Pendant le Carême, avec Tiphaine et Gaëlle je vais aller visiter plusieurs paroisses afin de voir comment les chrétiens d’autres paroisses vivent le Carême. J’ai également pour but d’aider mon prochain et de me priver des choses qui ne sont pas dispensables à ma vie.

Gaëlle : J’ai décidé pendant le Carême de me priver de toutes les choses non indispensables à ma vie, comme par exemple les bonbons ou encore la nourriture trop grasse. Autrement j’ai décidé de manger sainement et d’arrêter la gourmandise.

Merci les filles

5 questions : JMJ … engagez-vous !

Nous avons posé 4 questions seulement à Laura qui est revenue des JMJ.

1/ Laura, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Laura et j’ai 20 ans. Je suis en deuxième année de médecine et fidèle à l’église de Soisy depuis l’âge de 6 ans.

2/ Avais tu déjà fait des rassemblements ou voyages pour ta foi avant ?

Oui, j’ai déjà participé à plusieurs rassemblements avant les JMJ de Panama. Je suis allée au FRAT de Jambville, celui de Lourdes et à la communauté de Taizé.

3/ Comment as tu vécu tes JMJ ?

Les JMJ de Panama étaient mes premières. Partir d’un rassemblement de 10 000 croyants à Lourdes et se retrouver à 1 million de croyants au Panama c’est inimaginable tant qu’on ne l’a pas vécu. Les JMJ sont complètes sur tous les plans : culturel, touristique, social et bien entendu sur le plan spirituel. Voir et rencontrer, discuter dans d’autres langues de la même
personne qui est louée par tous, nous rappelle combien notre Dieu nous aime. Dans chacun de ces étrangers, je pouvais voir briller la lueur du Christ !

4/ Comment vis tu ton “après” JMJ ?

Ces JMJ m’ont quelque peu tourmentée spirituellement ! Je suis rentrée en France avec dans ma tête, la voix du pape François qui disait “Vous les jeunes, si vous êtes ici aujourd’hui, c’est pour trouver la vocation à laquelle le Seigneur Jésus vous a destinés”.
Alors en rentrant en France, j’ai eu un coup de fouet dans le visage et dans l’âme en me rendant compte que tous ces français n’avaient rien à voir avec les chrétiens que Dieu a mis sur ma route au Panama. Dans les transports, pas un sourire, pas un regard sur l’autre, pas d’aide apportée à l’autre, pas un seul signe de croix, on ne sait même pas ce que sont les JMJ… c’est là que j’ai senti que ma vocation à moi est de porter l’évangile de Jésus Christ autour de moi. Depuis mon retour, je n’ai aucune honte à faire mon signe de croix en passant devant l’église, ou encore à prier mon chapelet devant les gens. J’ai reçu une grâce au Panama, celle d’être invincible grâce à l’Esprit Saint. Si les autres ne veulent pas venir à Dieu et désirent rester à l’arrière alors moi je continue d’avancer vers mon Dieu, la tête haute et le cœur rempli de son amour.

Merci Laura

5 questions : JMJ … je revis !

1.    Fanny, qui es-tu en quelques mots ?

Logo JMJ

J’ai 22 ans, je suis étudiante en Master 1 d’Affaires Publiques à Sciences Po et je viens de la paroisse de Beauchamp.

2.    Avais-tu déjà fait des rassemblements ou voyages en groupe pour ta foi avant ?

En réalité, ce qui m’a donné envie d’aller aux JMJ, ce sont les deux FRAT (frat.org) que j’ai vécus quand j’étais adolescente : Jambville et Lourdes. Ces deux rassemblements de jeunes catholiques m’ont tellement marquée que j’avais envie de revivre une telle expérience et de rencontrer d’autres jeunes qui, comme moi, étaient animés par la foi et la joie du Seigneur. Si Jambville et Lourdes, qui sont respectivement des rassemblements à échelle régionale et nationale ont été des expériences très marquantes, les JMJ qui sont un rassemblement de jeunes catholiques du monde entier, s’annonçaient encore plus puissantes. Et ça s’est effectivement confirmé à Panama.

» Lire la suite

Mercredi des Cendres, pourquoi ?

Le Mercredi des Cendres est le premier jour du Carême dans notre liturgie actuelle. L’Eglise demande 2 jours de jeûne « obligatoires » dans notre Carême : le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. Il est bien sûr possible de faire tout le Carême ou juste les vendredis selon les idées et besoins de chacun.

» Lire la suite
1 2