Prière Universelle du 29/12/2020

Refrain : Nous attendons ta venue parmi nous, Seigneur nous te prions

Pour l’Eglise qui entre dans le temps de l’Avent, en marche vers Noël : qu’elle reste éveillée pour être prête à accueillir avec allégresse la venue du Messie et à l’annoncer au monde entier. Qu’elle réveille notre foi et nous aide à entrer joyeusement dans le mystère de Noël.

Seigneur, nous t’en prions.

En ces temps de pandémie et de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude : prions pour que nos dirigeants se laissent rencontrer par l’esprit de la sagesse en ces temps troublés, qu’ils aident leur peuple à ne pas avoir peur et qu’ils combattent le mal par la Vérité et la justice.
Qu’ils nous rendent plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

Seigneur, nous t’en prions.

Que les malades, les victimes de violences, les affligés de toutes sortes soient soutenus dans leur épreuve par la grâce de Dieu et, qu’en ce début d’hiver, nous soyons attentifs envers nos frères et sœurs qui souffrent. Que notre amitié et notre générosité puissent les soulager afin qu’elles gardent l’espérance et trouvent le réconfort.

Seigneur, nous t’en prions.

Pour notre communauté paroissiale : prions pour que nos cœurs restent éveillés dans la prière et dans la joie du Christ. Ne nous laissons pas décourager par ce qui va mal, gardons les yeux fixés sur le Sauveur qui vient. Devenons des veilleurs de l’humanité.

Seigneur, nous t’en prions.

Dimanche 29 Novembre 2020 – Homélie

Ier dimanche du temps de l’Avent – Année B

« Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le moment. Veillez ! »

Frères et sœurs, avec ce premier dimanche de l’Avent, s’ouvre une nouvelle année liturgique et nous entrons dans la préparation de la venue du Fils de Dieu, dans cette période d’attente bouleversée par la crise sanitaire de ce virus qui ne doit pas nous enfermer, mais nous conduire à être des hommes et des femmes d’espérance et de foi.

La liturgie de ce jour nous presse de vivre ce temps en veillant et en priant avec la Vierge Marie, l’humble servante  du Seigneur.  « Prenez garde, veillez car vous ne savez pas l’heure quand le maître de maison viendra. »

Oui, depuis début novembre, on parle déjà de Noël dans les médias, toutes les rues sont ornées, tout le monde se presse autour des magasins. Mais pour nous chrétiens, qu’attendons-nous ? La venue de l’Emmanuel, Dieu avec nous, vient dresser sa tente au milieu de nous. Et comment allons-nous vivre cette attente durant ces quatre semaines ? Il nous est demandé de vivre cette attente dans la vigilance et la prière : restez éveillés.

Oui frères et sœurs, nous vivons beaucoup d’attentes dans nos vies, mais celle que nous nous préparons à célébrer dans quatre semaines a bouleversé l’histoire du monde : un Dieu qui s’est fait chair, un Dieu qui a pris le risque de s’incarner dans notre humanité pour nous rendre participants de sa nature divine. Oui, beaucoup d’entre nous ont vécu des attentes, attente d’une meilleure condition de vie devant la situation difficile, attente de ceux et celles qui cherchent du travail et déçu de ne pas trouver, attente joyeuse de jeunes couples qui se préparent au mariage, attente joyeuse d’une nouvelle naissance, attente anxieuse d’un malade devant la santé qui ne s’améliore pas surtout en ce moment de pandémie, attente du personnel soignant pour la guérison de leur malade en ce moment de pandémie. Mais pour nous, disciples du Christ, devant toutes ces attentes une seule est précisée, affirmée, et réalisée la venue de l’Emmanuel, celui qui nous rassemble tous les dimanches, et pour cela nous devons veiller pour entretenir la flamme de l’espérance, car nous attendons une évènement heureux, la venus du prince de la paix, le merveilleux conseiller Jésus Christ vrai Dieu et vrai homme. Nous devons veiller pour déceler sa présence qui est déjà au milieu de nous.

Oui, l’Eglise nous donne quatre semaines pour vivre cette attente en nous mettant à l’école de Marie, car elle aussi, en recevant l’annonce de l’ange Gabriel, a vécu dans une attente confiante et pleine d’espérance. « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole » dit Marie.

Oui, frères et sœurs, veillons dans  une attente faite de sérénité, car ce qui doit nous motiver en ce temps de l’Avent, c’est d’ouvrir nos cœurs pour accueillir l’Enfant Dieu. Ne nous laissons pas accaparer par le matériel dont cette fête fait l’objet en regardant ce qui se passe autour de nous, pour nous chrétiens, le centre de notre préparation, c’est l’accueil du Fils de Dieu à Noël, ne nous laissons pas détourner par ces multitudes de cadeaux qui encombrent notre vie et nous empêchent d’aller à l’essentiel, la préparation de la naissance du Fils de Dieu.

Veillons pour être prêt, afin d’accueillir à Noël, en communauté et en famille, l’Enfant Dieu. Que cette attente soit porteuse d’espérance en ce moment de pandémie, et disposons nos cœurs pour qu’à Noël, Dieu avec nous ne trouve pas un cœur triste, mais des cœurs rayonnants de joie et d’amour, malgré la période dure que nous traversons afin de pouvoir chanter avec les anges, les merveilles de Dieu. Veillons et demeurons vigilants pour accueillir Celui qui vient, et qui est déjà là et qui viendra à la fin des temps pour nous élever vers son Père et notre Père, vers son Dieu et notre Dieu. A lui honneur et gloire pour les siècles des siècles.

A M E N

Père Rémi

Reprise des messes

Avec les annonces faites ce mardi 24 novembre 2020, les messes vont pouvoir reprendre ce week-end pour le 1er dimanche de l’Avent.

La limite des 30 personnes par assemblée et toujours maintenue par le gouvernement.

A la suite du communiqué de presse de notre évêque (Monseigneur Stanislas Lanane) de ce vendredi 27 novembre 2020, il est décidé d’ouvrir nos églises à tous ceux qui voudront venir participer au messe proposées ce week-end.

» Lire la suite

Prière Universelle du 22/11/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Christ Roi, en l’église tu nous nourris. Par notre pape, nos évêques, nos prêtres, Père Rémy et Père Maguimey, ta Parole raffermit notre foi émiettée, amoindrie, tiède. Nous te prions pour notre Eglise prisonnière du confinement. Par ta grâce, accorde nous de vivre librement nos temps liturgiques.

Entends notre prière…

Christ Roi, nous célébrons aujourd’hui la solennité de ta Royauté. Eclaire nos dirigeants et nos responsables pour qu’ils prennent les bonnes décisions au service des Hommes. Qu’ils se laissent guider par ta Parole pour faire le bien dans la société.

Entends notre prière…

Christ Roi, en ce temps de pandémie et de confinement qui nous pèse, fais grandir notre humilité devant notre incompréhension, notre patience devant ce qui nous limite et notre attention envers ceux qui souffrent davantage autour de nous.

Entends notre prière…

Christ Roi, comme un berger qui veille sur son troupeau, regarde notre communauté paroissiale. Appreds nous à nous aimer. donne nous la grâce de te reconnaitre en tous ceux qui sont dans le besoin. Fais nous vivre de ta Parole et servir toutes les personnes de notre entourage.

Entends notre prière…

Dimanche 22 Novembre 2020 – Homélie

Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l’Univers – Année A

Dimanche du Christ Roi de L’Univers

C’est aujourd’hui le dernier dimanche de l’année liturgique. En ce jour, nous célébrons le Christ Roi de l’univers. Mais quand nous lisons les Évangiles nous comprenons que le Christ n’est pas un roi à la manière des grands de ce monde. Beaucoup sont portés à utiliser la violence pour faire peser leur pouvoir sur leurs administrés. Ils sont plus attirés par le prestige que par l’attention aux plus pauvres. Nous devons oublier tous ces rois, ces chefs et ces présidents. La royauté de celui que nous honorons en ce jour n’est pas de ce monde.

Les textes bibliques de ce dimanche nous présentent ce roi comme un berger qui rassemble son troupeau. C’est le message que nous avons entendu de la part du prophète Ézéchiel (1ère lecture) : Dieu nous y est décrit comme un berger qui rassemble son peuple ; c’est le contraire des exploiteurs qui ne pensent qu’à s’enrichir au détriment des plus pauvres. Le Roi que nous fêtons en ce jour nous est présenté comme un serviteur attentif qui se met au service des plus faibles tout en veillant sur les brebis saines. C’est ainsi que Dieu ne cesse de nous manifester toute sa bonté. Cette bonté est devenue réalité avec la venue de Jésus dans le monde ; il s’est montré plein de sollicitude pour les plus faibles et les plus méprisés. Bien plus, il s’est identifié à eux.

Dans la seconde lecture, nous faisons un pas de plus : Saint Paul nous parle du Christ ressuscité, berger de toute humanité, qui veut nous associer tous à sa victoire sur la mort et le péché. Par sa mort et sa résurrection, il a triomphé de toutes les puissances du mal. Il marche à la tête de la procession des hommes qui montent vers Dieu. Il introduira dans son Royaume tous ceux et celles qui l’auront suivi. Le monde sera arraché à la mort. Dieu sera tout en tous. Voilà cette bonne nouvelle qui doit raviver notre espérance.

L’Évangile de ce jour nous rappelle que la Royauté du Christ est celle du berger qui se consacre à chacune de ses brebis. Il est tellement proche des petits et des exclus qu’il se reconnaît en chacun d’eux. C’est à la manière dont nous les aurons accueillis que nous serons jugés. Le tri sera le résultat du choix que nous aurons fait durant notre vie terrestre. Le Seigneur nous rappellera qu’il était présent les plus démunis qui se sont trouvés sur notre route.

En cette période de crise, notre critère ne doit pas être le “chacun pour soi” mais le partage et la solidarité. Le Royaume de Dieu c’est celui de l’amour et de la fraternité. Le seul critère de séparation qui y subsiste, c’est l’amour des petits. D’un côté, il y aura ceux qui auront aimé et de l’autre ceux qui ne l’ont pas fait.

“J’ai eu faim…” nous dit Jésus. Oui, bien sûr, chacun pense à la faim matérielle. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivent chaque jour avec la faim au ventre. Le Secours Catholique et d’autres organismes ne cessent de nous le rappeler. Et même dans nos villages tranquilles, nous pouvons découvrir des personnes qui n’ont rien à manger. Mais en même temps, nous ne devons pas oublier ceux qui ont faim d’amitié, faim d’être reconnus et considérés, faim de justice et de paix. À travers eux, c’est le Christ qui est là.

“J’étais un étranger…” Nous pensons tous aux immigrés, aux sans papier. Beaucoup vivent une situation dramatique. Mais il y a d’autres manières de devenir étranger à l’autre. C’est ce qui arrive quand des couples se déchirent, ou encore dans les conflits de voisinage ou sur les lieux de travail. À travers l’étranger, c’est le Seigneur que nous ne savons pas toujours reconnaître. C’est lui que nous accueillons ou que nous rejetons.

“J’étais prisonnier…” Nous pensons à ceux qui sont en prison à cause de leurs actes ; nous n’oublions pas les otages qui sont retenus loin de chez eux contre leur grès. Mais on peut aussi être prisonniers de diverses autres manières. Beaucoup sont enfermés dans leur réputation. On ne leur laisse aucune chance. D’autres sont prisonniers de l’alcool, de la drogue ou de leurs mauvaises habitudes. En général, on évite de les fréquenter. Et pourtant, à travers eux, c’est encore et toujours le Christ qui est là. Comme pour Caïn dans le livre de la Genèse, il nous demandera : “Qu’as-tu fait de ton frère ?”

C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés. Mais ce jugement, ce n’est pas seulement pour plus tard, pour après notre mort. C’est maintenant que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir le Christ. Dieu n’aura pas à juger les hommes. Ils se seront eux-mêmes jugés tout au long de leur vie en accueillant ou en refusant son Royaume d’amour. Dieu n’aura rien d’autre à faire qu’à dévoiler ce qui était caché en chacune de leurs journées. Dans l’eucharistie, nous apprenons à te reconnaître, Seigneur, dans la Parole et le Pain de Vie. Apprends-nous aussi à te reconnaître dans les pauvres. C’est auprès d’eux que nous sommes renvoyés si nous voulons te rencontrer. Nous te supplions : “Toi qui es Lumière, toi qui es l’amour, mets dans nos ténèbres ton Esprit d’Amour”.

A M E N

Père Henri

Missel 2021

La nouvelle année liturgique commence la semaine prochaine avec le premier dimanche de l’avent. Avec cette nouvelle année qui commence nous changeons d’année liturgique. Afin de pouvoir suivre correctement les messes, la paroisse vous propose la vente de missel 2021 au prix de 10€.

Vous pouvez réserver vos exemplaires via le formulaire ci-dessous.

» Lire la suite

Prière Universelle du 15/11/2020

Refrain : Dans la joie, Seigneur nous te prions

Refrain

Seigneur accompagne notre évêque et nos prêtres dans cette période de crise pour qu’ils sachent être à l’écoute de tes fidèles malgré la distanciation sociale demandée par par notre monde, Seigneur nous te prions.

Seigneur aident les femmes, les enfants et les hommes qui subissent des violences au sein de leur et qui ne peuvent parler ouvertement. Donne leur ta force et ta lumière même s’ils ne croient pas en Toi, Seigneur nous te prions.

Seigneur réconforte toutes ses personnes frappées par la pauvreté, toutes ses personnes en grande précarité et qui ne peuvent être aidées facilement en ce moment, Seigneur nous te prions.

Seigneur guide ta communauté, qu’elle puissent continuer de grandir sans pouvoir se rassembler et puiser sa force en Toi chaque jour, Seigneur nous te prions.

1 2 3