Dimanche 30 août 2020 – Homélie

Dimanche 30 août 2020 – Homélie

XXIIème dimanche du temps 2020 – Année A

« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive »

Aujourd’hui, nous contemplons Pierre – figure emblématique, un grand témoin et maître de la foi – comme un homme en chair et en os, avec ses défauts et faiblesses comme chacun de nous. Il faut remercier les évangélistes de nous avoir présenté les personnalités des premiers disciples de Jésus avec beaucoup de réalisme. Pierre qui fait la profession de foi par excellence comme nous l’avons vu dans l’Évangile XXI et qui mérite un grand éloge de la part du Seigneur ainsi que la promesse d’autorité suprême au sein de l’Église (cf. Mt 16, 16-19) reçoit cette fois-ci une sévère réprimande de la part de Jésus, car en effet, sur le parcours de la foi, il a encore beaucoup à apprendre :

Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes

Mt 16, 23

Entendre la réprimande que Jésus fait à Pierre nous donne une bonne motivation pour faire un examen de conscience sur notre façon d’être chrétiens. Sommes-nous vraiment fidèles aux enseignements de Jésus ? Au point de penser réellement comme Dieu, ou est-ce que nous façonnons nos pensées et critères en fonction de ceux du monde ? Tout au long de l’histoire, les fils de l’Église sont tombés dans la tentation de penser à la manière du monde, de s’appuyer sur les richesses matérielles, de chercher avec ardeur le pouvoir politique et le prestige social, et parfois les intérêts mondains les motivent plus que l’esprit de l’Évangile. Face à cela, la question revient :

Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ?

Mt 16, 26

Après avoir mis les choses au point, Jésus nous apprend ce que penser comme Dieu veut dire : aimer, avec tout ce que cela comporte comme renoncement de soi pour le bien du prochain. C’est pour cela que le chemin pour suivre le Christ passe par la croix. C’est un chemin de tendresse car « avec la présence d’un ami et capitaine aussi bon que Jésus, qui s’est mis à l’avant-garde de la souffrance nous pouvons tout endurer : Il nous aide et nous encourage, Il ne nous fait jamais défaut, Il est un vrai ami » (Ste Thérèse d’Avila). Et, quand la croix est symbole d’amour sincère elle devient lumineuse et symbole de salut.

A M E N

Père Maguimey

Prier le chapelet (et le Rosaire)

Prier le chapelet (et le Rosaire)

Introduction

Le Bienheureux Jean-Paul II nous dit pourquoi il aimait prier avec la prière simple du Rosaire :

« Dans la sobriété de ses éléments, le Rosaire concentre en lui la profondeur de tout le message évangélique, dont il est presque un résumé. En lui résonne à nouveau la prière de Marie, son Magnificat permanent pour l’œuvre de l’Incarnation rédemptrice qui a commencé dans son sein virginal. Avec lui, le peuple chrétien se met à l’école de Marie, pour se laisser introduire dans la contemplation de la beauté du visage du Christ et dans l’expérience de la profondeur de son amour. Par le Rosaire, le croyant puise d’abondantes grâces, les recevant presque des mains mêmes de la Mère du Rédempteur.

Depuis mes plus jeunes années, cette prière a eu une place importante dans ma vie spirituelle. (…) Le Rosaire m’a accompagné dans les temps de joie et dans les temps d’épreuve. Je lui ai confié de nombreuses préoccupations. En lui, j’ai toujours trouvé le réconfort. Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur.

En effet, sur l’arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus Christ. Réunis en mystères joyeux, douloureux et glorieux, ils nous mettent en communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère, pourrions-nous dire. En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l’Église, de l’humanité, c’est-à-dire nos événements personnels ou ceux de notre prochain, et en particulier de ceux qui nous sont les plus proches, qui nous tiennent le plus à cœur. C’est ainsi que la simple prière du Rosaire s’écoule au rythme de la vie humaine. »

Jean-Paul II, Rosarium Virginis Mariae

Chapelet

Les prières du Chapelet

Signe de croix

« Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. »

 Je crois en Dieu

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
Créateur du ciel et de la terre
et en Jésus-Christ Son Fils unique,
Notre Seigneur ; qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie ;
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié, est mort,
et a été enseveli ;
est descendu aux enfers
le troisième jour est ressuscité des morts ;
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu
le Père tout-puissant ;
d’où Il viendra juger
les vivants et les morts.
Je crois au Saint-Esprit,
à la sainte Eglise Catholique,
à la communion des Saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle.
Amen.

Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que Ton Nom soit sanctifié, que ton Règne vienne,
que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux
qui nous ont offensés,
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du mal.
Amen.

Je vous salue Marie

Je vous salue Marie,
pleine de grâces,
le Seigneur est avec Vous ;
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.

Gloire au Père

Gloire au Père et au Fils
et au Saint-Esprit.
Comme il était au commencement,
maintenant et toujours,
et dans les siècles des siècles. Amen.

Les mystères du Rosaire

  • Mystères Joyeux : les lundi et samedi
  • Mystères Lumineux : le jeudi (plus œcuménique)
  • Mystères Douloureux : les mardi et vendredi
  • Mystères Glorieux : les mercredi et dimanche

Références / fruits des mystères

Mystères joyeux

  • L’Annonciation -> Lc 1:26-38 / L’humilité
  • La visitation -> Lc 1:39-56 / L’amour du prochain
  • La nativité -> Mt 1:20-23,2:1-17 / Le détachement des richesses
  • La présentation de Jésus au temple -> Lc 2:22-39 / L’obéissance et la pureté
  • Le recouvrement de Jésus au temple -> Lc 2:42-52 / La recherche de Dieu en toutes choses

Mystères lumineux

  • Le baptême du Christ -> Mt 3:13-17 / L’Etat de grâce
  • Les noces de Cana -> Jn 2:1-11 / La confiance en Dieu
  • L’annonce du Royaume de Dieu -> Jn 3:11-21 / La conversion intérieure, la sainteté
  • La Transfiguration -> Lc 9:28-36 / La contemplation
  • L’institution de l’Eucharistie -> 1 Co 11:23-29 / La pratique des sacrements

Mystères douloureux

  • L’agonie de Jésus au Jardin des oliviers -> Mt 26:36-46 / Le regret de nos péchés
  • La flagellation -> Lc 23:13-16 / La mortification de notre corps
  • Le couronnement d’épines -> Mc 15:16-20 / La mortification de notre esprit
  • Le portement de croix -> Lc 23:26-31 / La patience dans les épreuves
  • La mort de Notre Seigneur Jésus-Christ -> Lc 23:32-47 / Un plus grand amour de Dieu et des âmes

Mystères glorieux

  • La Résurrection -> Jn 20:1-18 / La foi
  • L’Ascension -> Ac 1:9-11 / L’espérance et le désir du ciel
  • La Pentecôte -> Ac 2:1-4 / La descente du Saint Esprit en nos âmes
  • L’Assomption -> Lc 1:48-49 / La grâce d’une bonne mort
  • Le couronnement de la Vierge Marie au Ciel -> Ap 12:1 / Une plus grande dévotion en Marie

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 15

J’attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir

Dans l’évangile de Saint Jean, le Christ nous dit clairement que nous ressusciteront « L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie ; ceux qui ont fait le mal, fait le bien, ressuscitant pour être jugés » Jean 5, 28-29. « La volonté de celui qui m’a envoyé est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés et que je les ressuscite au dernier jour. » Jean 6, 39-40.

Les apôtres posaient un jour au Christ la question suivante : « Qui peut être
sauvé ? ». Il leur répondit « Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible » (Matthieu 19, 25-26) Nous sommes enfants de Dieu, nous le savons, et par rapport à Lui, nous devons ressembler plus souvent à des petits enfants qu’à des grands enfants devenus adultes. Nous faisons de notre mieux, et l’amour de Dieu fait le reste.

Prière et médiation

Demandons à Dieu de penser de temps en temps à cette autre vie pour mieux à cette autre vie pour mieux nous y préparer. Demandons-le pour nous-mêmes bien sûr et pour nos roches, mais aussi pour tous ceux, nombreux autour de nous, qui n’y pensent peut-être pas assez.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 14

Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés

Au moment de mon baptême, Dieu me donne sa vie, la vie de Dieu. C’est la
deuxième naissance dont parlait les premiers chrétiens, la naissance à la vie de Dieu. Il me donne donc sa vie qui est en moi. Et moi, je deviens, son enfant pour toujours. Dieu me laisse libre de partir et de le quitter ; il n’en reste pas moins vrai que je reste son enfant, et que Lui, Dieu ne me rejette jamais. Dans le cas où je le quitte, comme dans la parabole de l’enfant prodigue, il attend mon retour, prêt à me recevoir de nouveau.

Le Christ a donné aux apôtres le pouvoir de remettre les péchés. C’est le sacrement de réconciliation. Ce sacrement de réconciliation nous renvoie à notre baptême. Il vient en suppléance, comme un second baptême, il nous remet dans l’état de grâce qui nous avait été donné au baptême et que nous n’aurions jamais dû perdre. On le voit c’est le baptême qui est premier pour le pardon des péchés. Et, le sacrement de réconciliation nous aide à trouver cette grâce du baptême.

Prière et médiation

Demandons à Dieu qu’il nous aide à vivre en vrais enfants de Dieu, et à être toujours fidèle à notre baptême.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 13

Je crois en l’Eglise catholique et apostolique

« Soyez mes témoins jusqu’aux extrémités du monde », nous dit le Christ. Il disait aussi à ses apôtres « je suis venu mettre le feu à la terre, et mon désir, c’est qu’il embrase tout » (Luc 12, 49). Le feu que le Christ veut mettre à la terre est évidemment un feu d’amour. Et l’Église catholique, universelle, ne peut pas être en repos tant que l’univers ne vivra pas dans cet amour promis par le Christ. “Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme” nous dit Saint Paul (Ga 3, 28). Voilà pourquoi, de par la volonté du Christ son fondateur, l’Église se doit d’être missionnaire pour réaliser sa vocation catholique, sa vocation universelle, c’est-à-dire une Eglise qui est faite pour tous les hommes.

Notre Église est apostolique grâce à cette chaîne ininterrompue des évêques et des prêtres qui donnent aujourd’hui encore dans les sacrements la vie de Dieu. Grâce à cela aussi, l’Église d’aujourd’hui est reliée au Christ, et elle continu continue ainsi à être une Église une, sainte, et catholique.

Prière et médiation

Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite. Prions pour
que ces paroles du Notre Père soient effectives et que nous soyons les témoins de l’amour du Christ là où nous sommes, là où nous vivons.
Prions aussi pour les vocations pour qu’avec de nouveaux ministres ordonnés la chaîne ininterrompue depuis les origines de l’Église continuent à transmettre la vie et la foi.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 12

Je crois en l’Église, une, sainte …

L’Église est une :

  • parce que nous recevons la même vie par le baptême et les sacrements,
  • parce que nous partageons la même foi,
  • et parce que nous sommes unis autour du pape et de nos évêques.

L’Église est sainte. Affirmer cela peut surprendre quand on voit que notre Église est composée davantage de pêcheur que de saints. L’Église est bien sainte parce que le Christ qui est à la tête de ce Corps Mystique qu’est l’Église, est Saint. C’est le Christ, la tète, qui est saint, et non les membres qui peuvent être pêcheurs ; mais ce que donne le Christ Saint à ses membres, c’est la sainteté quand ceux-ci acceptent de se laisser transformer par Lui.

Prière et médiation

Demandons au Christ de nous mettre dans les conditions pour mieux recevoir la sainteté qu’il nous accorde.

Demandons Lui aussi d’avoir l’attitude souhaitable vis-à-vis de notre Eglise, et plus particulièrement dans notre façon de penser et de parler d’elle pour qu’elle reste une.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 11

Je crois en l’Église

Cette Église, à laquelle nous croyons est, malgré toutes ses imperfections, parce qu’elle est faite d’hommes, l’Église du Christ. C’est pour cette raison qu’Il l’aim1 aussi. Lorsque nous disons « Je crois en l’Église », nous disons aussi : Je crois d’abord que le Christ a voulu cette Église, bâtie sur Pierre et les onze autres apôtres, aujourd’hui sur le pape et les évêques.

Je crois aussi que Jésus a confié à Pierre, et aujourd’hui au pape, une mission spéciale, celle de veiller sur Son Église. Je crois que Jésus a donné, à ceux qu’Il a choisi, notre pape, nos évêques et nos prêtres, certains pouvoirs, en particulier celui de célébrer l’eucharistie, et celui de pardonner les péchés en Son nom.

Enfin, je crois que le Christ et le Saint Esprit sont toujours présents dans l’Église et qu’ensemble ils veillent sur elle : « Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Prière et médiation

Demandons au Christ, d’aimer Son Église à Lui, celle qu’Il a voulue. Demandons-Lui, aussi, de nous donner l’humilité d’accepter de passer par elle pour aller à Lui, même si elle nous paraît parfois bien humaine. Prions également pour les pasteurs d’aujourd’hui qui sont aujourd’hui ceux que le Christ à choisis pour son Église d’aujourd’hui.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 10

Il a parlé par les prophètes

Il a parlé par les prophètes, cette phrase est au passé. On dit par là que l’Esprit Saint était déjà à l’œuvre durant tous les siècles qui ont précédé la venue du Christ sur terre.

Dans nos vies d’aujourd’hui, l’Esprit Saint est toujours à l’œuvre et est toujours présent. Chacun peut l’entendre. Mais il faut quand même, pour cela, se mettre dans de bonnes dispositions, dans des dispositions telles qu’on est capable d’entendre. Dieu ne parle pas dans le bruit et l’agitation ; il faut donc être capable de s’arrêter de temps en temps, de faire silence en soi et de prendre le temps de réfléchir sur sa vie.

Tout cela suppose un cœur réceptif, prêt à l’accueillir.

Prière et médiation

Demandons à l’Esprit Saint d’envoyer à son Eglise de vrais prophètes qui nous parlent vraiment au nom de Dieu. Demandons-lui qu’Il nous aide à entrer dans les dispositions qui nous rendent capables de l’entendre et de l’écouter.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 9

Je crois en l’Esprit Saint qui et Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils ; avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire

l procède du Père et du Fils, combien ces simples mots du Père et du Fils ont mis le feu aux poudres entre l’Église orthodoxe et la nôtre. Pourtant, ils avaient été ajoutés pour bien montrer que le Fils est réellement Dieu lui aussi, et qu’il est l’égal du Père. Mais, les catholiques et les orthodoxes ne se sont-ils pas divisés pour des raisons plus historiques et politiques que théologiques. Fort heureusement, Jean Paul II a prié avec le patriarche en disant « il procède du Père par le Fils ».

Prière et médiation

Demandons au Saint Esprit, foyer d’amour, qu’Il mette l’amour entre nous, les chrétiens de nos communautés tout d’abord, et à un niveau plus grand entre les différentes Églises.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly

Méditation sur le credo de Nicée-Constantinople – Partie 8

Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants : et les
morts et son règne n’aura pas de fin.

Dans son Évangile Sain Mathieu nous dit « Il viendra dans sa gloire, et tous les anges avec Lui : alors, il siègera sur son trône de gloire » et « Venez les bénis de mon ère, car j’avais faim et vous m’avez donné à manger : j’étais malade et vous m’avez visité : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » et « Allez-vous en loin de moi … car c’est à moi que vous ne l’avez pas fait ».

Le Christ reviendra et son retour sera glorieux. Avant son retour glorieux, il y aura un dernier assaut des puissances du mal, et cet assaut sera fort :
beaucoup y perdront la foi, mais c’est bien le Christ qui l’emportera sur le mal.

Quand le Christ reviendra, ce sera pour juger les hommes selon leur vie. Enfin, le jour où, comme le dit le Credo, il reviendra dans la gloire. Ce jour verra le triomphe définitif du bien et du mal : ce sera alors l’avènement d’un monde nouveau, d’un monde d’amour.

Prière et médiation

Demandons au Christ de nous aider à nous préparer sereinement avec confiance et amour à cette rencontre avec Lui. Nous le demandons pour nous-mêmes bine sûr, mais aussi pour tous les autres.

Père Bernard Lecomte – Père Blanc – Ancien Curé d’Andilly